The Dream « IV Play » Review

the-dream-gold

IV Play, 4eme album de Terius Youngdell Nash a.k.a The Dream, et je dois dire que, pour quelqu’un qui s’est hermétiquement fermé à tout ce que le monsieur faisait avant tellement son morceau avec Snoop m’avait dégouté, j’ai été très très agréablement surpris !
Tout d’abord 18 tracks, ce n’est pas rien de le souligner, la plupart ne se foulent pas trop la rate et nous servent un quelques 10 morceaux pour le lendemain nous annoncer que la suite arrive en fin d’année (justin i see you) …

Non ici il y a un réel travail qui explique mon majestueux retournement de veston ! La première chose est l’écriture. Ici il s’agit d’un album pour adulte, autant dans sa composition que dans les, que dis-je, LE thème abordé ici : Le sexe. En effet tout au long des 18 morceaux, The Dream fait étalage du feu qui le brûle et aura inspiré sa main pour ce superbe album. N’en déplaise à certains prudes, this is what R’n’B has always been about. THE THIRST baby ! Or rather real men confessing about their thirst. Et soyons honnêtement je pense que nous avons déjà entendu plus vulgaire de loin.

Un autre élément notable dans ce quatrième album est la direction artistique générale des productions. Celles-ci auraient été réalisées par un Teddy riley, cela m’aurait tout juste surpris tellement il sonne comme quelque chose que ce dernier aurait put réaliser. Dans cet album j’ai entendu à la fois du R. Kelly, j’ai entendu du Ginuwine, J’ai entendu du Keith Sweat sur New Orleans notamment j’entendais presque sa voix nasillarde.

Tant qu’à lacher des noms parlons un peu des invités. Celle-ci consiste majoritairement en une liste de stars avec qui Nash a déjà collaboré. Ca va de Jay z qui fait le son d’ouverture mais dont on retiendra surtout le hook qui rentre facilement dans la tête, à Beyonce, 2 Chainz, Fabolous, Kelly Rowland dont on salue la performance sur « Where have you been ». D’ailleurs double surprise ici en effet, « Turnt » track qui features 2 Chainz et Bey est un peu un morceau en demi teinte. Beyonce n’a qu’un rôle de soutient au refrein tandis que Kelly Rowland, on peut le dire à un vrai rôle de sublimation de son complice sur le morceau. Mais bon ne mettons pas plus d’huile sur le feu, she has already done her Dirty Laundry anyway.

IV Play est donc un album que je ne saurai que trop vous conseiller, les morceaux que nous avons préférés sont IV Play bien sur, New Orleans, Psycho, Equestrian.
Ce skeud mettra peut être un peu de temps a vous rentrer dans le système, mais n’écoutez pas les critiques mitigées des gros médias, s’il n y’avait qu’un seul album R’n’B masculin à acheter so far cette année, ce devrait être celui ci car de loin supérieur et dans sa composition et dans sa démarche à celui de Justin bien loin du 20/20.

En espérant que vous avez aimé cette review, quelques link en preview.

enjoy !!!

High harts:

IV Play:

Where have you been:

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :